Exposition Lacloche chez Van Cleef&Arpels

Exposition Lacloche chez Van Cleef&Arpels

Vous avez encore une semaine pour voir l’Exposition Lacloche chez Van Cleef&Arpels

Bonjour tout le monde et surtout les Parisien(ne)s

Jusqu’au 20 décembre, cet extraordinaire découvreur de talents est exposé à l’Ecole des Arts Joailliers dont je vous ai déjà parlé ICI.

 

La Maison Lacloche

Le fondateur de la Maison n’a jamais créée le moindre bijou, mais il a su s’entourer d’artisans talentueux des années 1892 à 1967

On dit aujourd’hui « Il a un bon carnet d’adresses ! »

Il faut dire qu’à l’époque, il n’y a pas encore de grandes maisons.

Les revendeurs joailliers étaient au Louvre et les artisans faisaient le tour des boutiques pour présenter leurs oeuvres.

La Belle Époque de la maison Lacloche

La maison Lacloche est l’une des gloires de la joaillerie parisienne, de la Belle Époque, 1920, aux années 1960.

Une merveille de broche avec oiseau

Et ses boucles assorties

Établie rue de la Paix en 1901, elle est également présente à Madrid et Londres.
Elle dispose de succursales à Nice, Biarritz, Saint-Sébastien, Cannes, Deauville.

The places to be !!!

Lacloche Frères, puis Jacques Lacloche, parent des têtes couronnées : Victoria d’Espagne, Édouard VII d’Angleterre, les rois de Grèce et de Siam

Mais aussi des personnalités de l’aristocratie, telle la duchesse de Westminster

Exposition Lacloche chez Van Cleef&Arpels

Ainsi que des stars d’Hollywood, dont Grace Kelly.

C’est la première fois qu’une exposition leur est dédiée.

Elle est organisée alors que paraît l’unique monographie sur cette brillante famille de joailliers par Laurence Mouillefarine, également co-auteur de l’ouvrage.

Vous y voyez des bijoux, des pendules

et pendulettes, des nécessaires de beauté (spécialité des Lacloche)

Des documents d’archives ponctuent l’exposition.

La rétrospective illustre, tour à tour, le naturalisme propre à l’Art nouveau

l’Egyptomanie

Avec ce magnifique bracelet

Ou ces boucles d’oreilles somptueuses

L’’engouement pour l’Extrême-Orient au temps des Années folles

Modernisme de l’Art déco

Fantaisie séduisante des années 1950.

Les années folles en France

C’est l’époque japonisante…

Les années folles (de 1920 à 1929, avant la Grande Dépression qui touche l’Europe et les Etats-Unis) sont une période riche en activité sociale, culturelle et artistique.

Les femmes s’émancipent, coupe à la garçonne, robes courtes, c’est l’âge d’or des créateurs.
Car c’est aussi une embellie économique sans pareille.

Avec cette émancipation … les femmes donnent libre cours à leurs envies…

Ce sont des « garçonnes » avec tout ce qui va sur ce mot …
Elles fument en public !

 

Et pour briller en fumant… Il faut des étuis à cigarettes fastueux.

 

Ce que propose la Maison Lacloche

Le fondateur ne s’y trompe pas.
Des étuis en veux-tu en voilà, tous plus beaux les uns que les autres !

Japonisants, bien sûr !

De véritables bijoux.

Une exposition à ne pas rater !

Je vous laisse admirer cet échantillon de bracelets, dont certains sont d’un modernisme étonnant.

Tout articulé

Pierres précieuses de rêve

Et celui-ci que je porterai avec joie !

Quant aux colliers, ils sont, pour le moins, très originaux

Un collier « frangé »

Très belle améthyste et or

Sur l’autre côté de cette merveille de miniature se trouve une montre

Un raffinement au mécanisme caché

Je reviendrai vous parler de l’école des arts joailliers très vite.

Exposition du  23 octobre au 20 décembre 2019
Entrée libre du lundi au samedi de 12h à 19h
Visites de groupes sur réservation
À L’École des Arts Joailliers
31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris

A tout bientôt mes ami(e)s

You may also like

8 commentaires

  1. Coucou ma Mireille ! Ha ce monde du luxe ! Je dois avouer que ce n’est pas ce qui me fait le plus rêver, mais il faut bien admettre que c’est tout de même très joli 🙂 Merci beaucoup du partage <3 Je t'envoie de gros bisous et te souhaite une très belle journée ma Mireille ! Nathalie

    1. Monde du luxe mais surtout du talent et la créativité. Je suis admirative, pour autant, je ne suis pas spécialement tentée par ce genre de bijoux à porter mais admirer le savoir-faire de nos artisans. Bisous du weekend

    1. Ce qui est malheureux c’est que la « reconnaissance » aille au découvreur de talent et non à l’artisan qui a créée…. lui reste anonyme…. et ce n’est pas lui qui en vit à sa juste valeur. Mais … pour ous, plaisir des yeux. Bisous ma chérie et très beau weekend

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.